mercredi 24 juillet 2013

L'histoire de Babar


C'est un peu rose c'est parce que je vous ai pris les photos alors qu'il faisait très chaud.
  
A un moment j’en ai eu un peu marre de lire pour la treizième semaine consécutive l’histoire de Guillaume le chevalier qui soigne son cheval avec un mouchoir rouge magique (alors que c’est impossible) et qui envoie une petite chauve souris verte (nan c’est lapin/Non c’est une CHAU-VE-SOU-RIS répète après moi/nan c’est lapin ) chercher un edelweiss en haut de la montagne pour faire une soupe de guérison pour la reine malade.

Du coup j’ai dit à mon enfant magique ah au fait on a perdu le livre de Guillaume le chevalier le chat l’a mangé va voir dans sa caisse c’est devenu des petites boules grises c’est sale faut pas toucher ce soir on va lire Babar.

Babar.

L’histoire d’un petit éléphant dont la mère se fait tuer par un chasseur (ça commence bien), il s’enfuit de son village et rencontre une vieille dame qui le civilise en lui faisant faire de la gym au petit déjeuner, en lui achetant un costume un chapeau et des chaussures et en lui apprenant les bonnes manières.
Un jour il reconnait dans la rue sa PETITE cousine Céleste et puis pof il se marie avec elle.

 Bon.
Je veux bien être large d’esprit. Une fois j’étais tranquille en terrasse rue Edgar Quinet à picoler quand tout à coup un groupe de beatniks habillés comme des beatniks là avec des pantalons larges kakis et des chaussettes rayées de toutes les couleurs arrive avec force hurlements et commence à faire une PERFORMANCE DE RUE.

Y en a un qui a essayé de grimper à un arbre mais il a pas réussi alors il est redescendu en poussant des hurlements de désespoir. Y avait une fille qui s’est accroupie sur une bouche d’égout et puis qui a mis ses doigts dans le trou (alors qu’il y avait peut être des araignées) et elle a commencé à tirer pour enlever la plaque.
J’ai dit mais enfin si elle s’assoit dessus et qu’elle essaie de l’enlever ça risque pas de marcher hein.

Mais bon ils avaient pas l’air de trop s’encombrer avec les lois de la physique.
Bref ils ont hululé pendant 5 minutes on s’entendait plus et après ils ont fait un salut de théatre alors on a compris que ça devait être une sorte de spectacle pour gens avisés.

Moi j’ai applaudi mais pas trop fort y a pas moyen qu’on vienne me demander des sous pour une nana qui essaie d’enlever une plaque d’égout en restant assise dessus.

Enfin bref, je suis plutôt open mais Babar quoi. Pourquoi pas Tintin au Congo ?
Qu’est ce que c’est que cette histoire d’éléphant (OH ! Métaphore !) recueilli par une vieille dame riche qui va lui apprendre à vivre en civilisé et puis tiens d’ailleurs c’est le roi de sa tribu (je vous rappelle que c’est le seul éléphant à avoir un costume un chapeau et des chaussures) et puis à la fin il se marie avec sa PETITE cousine.

Bon j’ai fait mes recherches sur un outil de confiance : Wikipédia.
Et voici ce qu’on y lit (j'ai laissé les petits numéros pour que vous voyez bien que ça vient de Wikipédia):

C'est l'épouse de Jean de Brunhoff, Cécile, qui est à l'origine de Babar[1]. Elle a coutume de raconter des histoires à ses deux fils, Laurent et Mathieu. Parmi celles-ci, celle qui décrit les aventures d'un petit éléphant qui s'enfuit à pied de la forêt pour échapper au chasseur et arrive dans une ville où il s'habille comme un homme. Revenu chez lui en voiture, il y rapporte les bénéfices de la civilisation et est couronné roi des éléphants.

Babar introduit chez les éléphants une forme très française de civilisation occidentale (entre autres il les fait s'habiller en costume occidental), certains y ayant pu voir une apologie de la colonisation par Jean de Brunhoff[7]

Ah ! Comme moi par exemple. Je suis très choquée mais en même temps le livre a été écrit en 1931, si vous vous souvenez bien on en était pas encore au mariage gay.
Du coup j’ai changé un peu l'histoire genre on actualise :

C’est l’histoire de Babar il est tranquille avec sa mère et elle dit « Tiens, va donc m’acheter du pain à la ville. »
 
Du coup il part il marche il marche en zigzagant parce qu’il a un peu fumé. C'est un ado rebelle mais sa mère le sait pas.
 


Bref, il arrive dans la ville et au lieu d’acheter du pain, ce petit con dévalise une petite vieille qui promenait tranquillement son chien avec son petit manteau rouge.

Vous noterez que Babar dit "Merci". C'est un voyou au grand coeur.
 
 
Il prend même en otage la petite vieille, il l'oblige à sauter en l'air alors qu'elle fait de l'ostéoporose. (Abusé).
 
Il se barre avec l'argent et il s'achète des pompes et des fringues.
 
 
Après il part trainer dans les cages d'ascenseurs pour acheter de la drogue.



A force il monte sa petite affaire et il finit par diriger le cartel de Bogota. On peut dire qu'il a bien réussi lui.
 
 
Un jour il est dans la rue quand son ex Céleste et son nouveau mec rappliquent.
Babar a gardé la vieille dame comme animal de compagnie

« Han ! dit Babar ,Céleste je t’avais pas reconnu, tu es devenue très miroitante ! Figure toi que j’ai un paquet de pognon maintenant, si tu te remets avec moi j’achète tout le village pour toi
Flattée, Céleste quitte Arthur son copain du moment et file avec Babar.


Arrivés au village, Babar distribue des pots de vins à tout le monde et du coup tout le monde est ravi, c’est la fête et Babar et sa copine se marient pour avoir des cadeaux de mariage et ainsi récupérer tout le fic qu’ils ont distribué aux habitants et voila !
C’est fini !

Je peux vous dire qu’elle a pas moufté.
Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires:

  1. Moi aussi j'ai été un peu saisie par l'histoire au début... Je trouve ta version bien plus réaliste ! il faut choisir ses lectures avec discernement, maintenant, dis donc !
    Cet enfant est désormais mieux armé pour affronter la dure réalité de la vie.

    RépondreSupprimer
  2. nan mais pliée de rire, quoi....

    RépondreSupprimer
  3. Doux Jésus, tu es vivante!

    RépondreSupprimer
  4. Je crois qu'il faudrait que tu te reconvertisses pour faire ce travail que font les gens qui vont lire des histoires aux enfants le mercredi dans les bibliothèques municipales (Sont-ils conteurs? Ménestrels? Repris de justice devant purger une partie de leur peine entourés d'enfants aussi horribles que mignons?)

    En tous cas, moi je demanderais à ce que ta version devienne la version officielle, parce qu'elle est juste dix fois mieux. Je vais la raconter comme ça à mon neveu et ma nièce la prochaine fois tiens!

    RépondreSupprimer
  5. Génial tu vas nous faire redécouvrir des classiques ? (ceci dit bien beau livre ton Babar)

    Par ailleurs tu lui donnes un coup de jeune à ce Babar (L'histoire ne m'intéressais pas,et c'est vrai que c'est limite...comme tu le soulignes)
    Ce sont les graphismes le plus intéressant de B. une élégance dans le trait, on dirait du Raoul Dufy parfois)
    Quelques beaux encadrements de d'illustrations de Babar cela pourrait presque le faire pour une déco.

    Je préfère le gentil et déjanté ELMER
    http://lireauxenfants.com/livres-elmer.html

    Sinon une beauté de livres un monde mer-veil-leux pas toujrous parfois :
    "La famille passiflore"; du bonheur ces livres, humour tendresse et tant de choses de sentiments.... une vraie série, avec tout ce qu'il y a à vivre dans ces livres.
    Quels super moments à passer je t'envie d'avoir à les découvrir.

    https://www.google.com/search?q=la+famille+passiflore+livre&newwindow=1&hl=fr&site=webhp&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=Llb2Ua21NNGyhAecooCQDw&ved=0CG8QsAQ&biw=1280&bih=909

    Veronica
    Ps: m'cafe à ré-ouvert

    RépondreSupprimer
  6. il y a un bouquin pour enfant que tu devrais absolument lire, c'est :"Oui-Oui trouve une drôle de fourrure":
    OUI OUI trouve une drôle de fourrure

    EXTRAIT (p.4-5): "Oui-Oui la frotta contre sa joue. Elle était merveilleusement douce.
    "Je me demande de quoi j'aurais l'air avec une queue" songea Oui-Oui.
    Et il ne put résister à l'envie d'aller immédiatement l'essayer.
    Oui-Oui épingla la queue à son pantalon et s'admira dans le miroir
    [après, il demande à) tout le monde à qui elle peut être. IL demande à un lion: ]
    "Ce n'est pas à moi! fit-il avec un air dégoûté. Que ferais-je d'une queue de fourrure molle? La mienne est longue et robuste" Et il montra sa queue à Oui-Oui à travers la fenêtre"


    (etc etc!!!!)
    bonne poilade!!!!! :-)

    RépondreSupprimer
  7. @ France : Oui et puis au moins si mon enfant se drogue, il saura avec l'histoire de Babar qu'il ne faut pas manquer d'ambition et voir plus loin que le simple consommateur.

    @ Jicky : Enorme l'histoire de Oui-Oui!! Je me demande s'il y a eu un moment gênant après l'édition de l'histoire où ils se sont dit : Est-ce vraiment approprié ?
    En tous cas les parents doivent bien se marrer quand ils la lisent à leurs enfants!

    @ Hak' : Les gens qui lisent les histoires dans les biliothèques municipales doivent certainement être sous traitement. Sinon je ne vois pas bien comment ils peuvent continuer. C'est comme les profs. Comment font-ils ? purgent-ils une peine quelconque ?

    @ Veronica : Merci pour les références, je vais vite regarder!!

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Putain! Je vais pleurer j'avais le même livre! Sauf que MOI, hé, j'avais AUSSI le 45 tours qui raconte l'histoire en même temps. Du grand théâtre... "Aucune inquiétiétude à avoiiiiirrrr... ils sont en ville avec Babaaaarrrr" (Cornélius)

    RépondreSupprimer